Histoire de théologie

Histoire de théologie et textes exégétiques. En fait, la théologie a été insuffisantes pour instruire le livre Dieu origine publié chez Bookelis, (avril 2021), suite et fin : description 3.

Cela dit, l’histoire de la théologie est née de la Réforme de l’Eglise chrétienne rejetant principalement les dogmes. En fait, la théologie relèverait d’une influence Luthérienne apparue au XVIème siècle. La théologie n’est plus dogmatique. Plus tard, sous Vatican II, dogmatiquement parlant, (j’exhorte le visiteur à considérer toute la contradiction), une inspiration patristique* allait renforcer de l’intérieur les savantes thèses moralisatrices chrétiennes, et les ouvrages ayant trait à la religion et à la spiritualité.

 

Influence Patristique*

On a peu à en dire, sinon rapporter la définition des dictionnaires, Le Robert : « 1. DIDACTIQUE : Étude, connaissance de la doctrine, des ouvrages, de la biographie des Pères de l’Église chrétienne. Synonymes : patrologie. 2. Adjectif : Qui a rapport aux Pères de l’Église. – Bravo ! – La patristique est aussi une nouvelle tendance, un « new-age », compris dans la période du Moyen-Age, orienté sur la nature, l’univers, la magie, le péché, et aussi sur la connaissance spontanée de la Divinité supérieure.

Bien plus tard, des gnostiques contemporains allaient s’inspirer de la dernière tendance, à savoir : il suffit de s’identifier à une lampe, pour devenir « lampe ». De fait, d’après ces illuminés, il suffit de s’identifier au Démiurge, pour le devenir, (p. 335). Pour en revenir à la patristique, les Pères de l’Eglise catholique ont extrait de leurs propres écrits un enseignement basé sur des interdits promulgués par eux-mêmes : Le péché est interdit par l’Eglise, l’observation du ciel est interdite par l’Eglise, etc. De cette manière, les Pères confirment une idéologie radicale et une parenté directe en accord avec lesdites Ecritures.

 

Etude Bible : Théologie – Exégétiques

Entre théologie contemporaine associée aux exégétiques bibliques et théologie christique, entre autres, notre ebook, (2021), pour une part, se démarque de tous textes et écrits traitant ces sujets. Quelle prétention ! Cela dit, il aurait été appréciable parfois de trouver une documentation appropriée, ne serait-ce que pour s’en inspirer afin de proposer une interprétation plus pertinente.

On doit reconnaître que ce n’est pas une référence d’écrire sans qu’aucun texte, ni aucune source extérieure ne viennent corroborer ses idées personnelles. Cependant, l’erreur au Second Jour de la Création, est flagrante. D’ailleurs, aucune étude de la bible, en ce qui concerne les premiers versets de la Genèse, n’a vu le jour. La preuve. Aucune trace dans la littérature populaire. L’anomalie pourtant incontestable dans les textes est passée inaperçue durant des millénaires. Interprétation texte ici.

Mais réfléchissons un peu, rien n’est unique en ce vaste univers, l’Histoire en témoigne. De même sur la Planète Terre, des similitudes existent. Seulement, en l’espace d’un souffle, une vie, on ne peut pas tout connaître.

Maintenant, en ce qui concerne la Science et la Religion, (interprétation Bible et Ancien Testament), la littérature abonde : à la suite d’une découverte révolutionnaire, (XXème siècle), une partie de la communauté scientifique a émis l’hypothèse suivante. Le début de l’univers a été causé par une gigantesque explosion, nommée : “big bang”. La Religion, quant à elle, affirme que seul le Démiurge de la Bible est le Créateur du ciel, de la terre et de tout son ensemble.

 

Stephen Hawking

Contrairement à l’avis du célèbre astrophysicien Stephen Hawking sans critique aucune : je ne pense pas que le ciel et la terre, comme le cosmos dans son entièreté, aient pu s’auto-créer de lui-même ou éclore à partir de rien, sans le concours d’un principe causal. Une cause première a sans doute été indispensable, mais avant que la création ne soit visible et palpable, c’est-à-dire, matérialisable.

Dans ce troisième millénaire, la supposée Création du démiurge biblique, ne portent pas l’humanité vers une réflexion autre que matérialiste. A notre époque, archéologues, historiens, biblistes, scientifiques, mettent en doute l’historicité de la Bible. Quant à l’esprit qui est aussi une parcelle divine, inexistante chez le vil, l’affirmation scientifique prévaut : l’intellect, pouvant être appelé également “esprit”, relève essentiellement d’une fonction neuronale et donc cérébrale. C’est vrai.

 

Book of Pierre Puccio
DIEU ORIGINE Publication mai 2021

 

Présentons succinctement, ebook, et auteur, plus de détails, ici. Les thèmes du manuscrit sont diversifiés et la plupart suivent un cap prédéfini. De cette manière, le croyant comme l’athée, devrait être satisfait, si peu que le mental dépasse le seuil du cartésianisme. Pour se faire une idée : Table des Matières.

Quatre années de recherches, d’études et de réflexions ont été nécessaires à sa réalisation. Dans les grands axes, nous avons ciblé trois points essentiels + deux erreurs, (première partie ebook), rapportées dans le blog.

Ce qui intéresse concerne bien sûr l’ascendance terrestre de l’homme et son commencement. Mais également sa provenance céleste, c’est-à-dire abstraite, et pour ainsi dire divine, en ce qui concerne l’esprit et non le corps. Soit dit, avant l’apparition de l’homme à la surface de la Terre, l’homme terrestre, naturellement constitué, sans qu’il n’ait eu besoin de son Créateur.

 

Origine mot Dieu :

Ensuite, apprenons que l’origine du mot, provient du grec “Zeus”, cela donne en latin “Deus”, (prononcer déous), signifiant : “briller”. Il est à reconnaître, que chez les chrétiens, et dans les mentalités humaines en général, la connotation du nom ou du mot, raisonne le plus souvent au singulier. Qui plus est, au Masculin ! Puissent ces précisions être utiles au visiteur.

 

Un  Créateur androgyne ?

Posons quelques questions : A l’origine, la nature du Créateur est androgyne ? C’est à dire, “père-et-mère” à la fois ? Pour le savoir, il suffit de prendre pour exemple Asherah. De toute évidence, la Bible ne dit pas tout. Qui est Asherah ? Résumons brièvement son histoire extraite des textes sacrés. Avant le Judaïsme, une déesse du nom d’Asherah était aux côtés de Yahvé. Mais au -VIème siècle, le roi Josias fit détruire toutes les Asherahs. Pourquoi ? Par ailleurs, le Père dans les cieux défini par Jésus est-il le démiurge attesté par les Ecritures ?

Jadis, en des temps lointains, la créature primitive, inventa ses divinités, était-ce le début de θεϊκός ? Quelle est la cause d’un Créateur dans la Bible ? Sans doute remonte-t-elle à la nuit des temps. Dès lors, la créature dut éprouver un besoin de croire en quelque chose qui la dépassait physiquement et surtout qui lui survivait après la mort.

 

Dieu n’existe pas !

Actuellement la Foi s’estompe à mesure que le progrès s’installe dans nos vies. Or, nier l’existence d’un démiurge, n’exclut pas une autre réalité que celle que nous connaissons sur le plan physique et matériel. N’y a-t-il pas une cause à tout. De fait, le plan terrestre dépendrait d’une origine extraterrestre. Certes, l’Humanité actuellement est séparée volontairement du divin, et ne correspondrait guère aux archétypes d’une Divinité supérieure ou d’un Principe causal d’origine, interagissant sans cesse dans les galaxies. Mais les dés sont jetés : s’il y a un monde visible. Il y a un univers invisible.

Croire ou non n’entre pas en compte. A notre avis, la planète Terre ne serait que la vraisemblance d’un monde vrai en dehors de la matière. Mais nous ne pourront pas tous prétendre à un retour à l’origine. La criminalité sous toutes ses formes a lieu chaque jour dans les Quatre règnes, Minéral, Végétal, Animal, et Humain. Toutes les actions mauvaises, hors du circuit de conscience élémentaire, ne cadreraient pas avec les desseins originels ou les archétypes d’un supposé Créateur.

Cependant, d’autres plans inférieurs à la Terre existeraient, apprenons également que chacun sera jugé sur ses actes. Dévoilons ici un secret : Lors du Jugement, le principal accusateur ne sera peut-être pas quelqu’un d’extérieur à soi.

De plus, ajoutons quelques suppositions, durant cette phase, on pourrait ne pas savoir, ce que l’on est devenu. L’idée de retrouver son identité, hypothèse admise dans certaines traditions, facilitant la reconnaissance de soi, semblerait erronée. En fait, on risquerait seulement, peut-être, lorsque l’on sera confronté à la réalité de ses actes, de subir sans échappatoire possible, le devenir qui (nous) attend. Mais de là, à dire que l’on parviendrait à établir un lien avec l’individu que l’on a été, paraît un peu abracadabrant. Quoi qu’il en soit, qui sait ?

Plus d’information :

L’âme rejoindrait ceux qu’elle a aimés

 

Prochainement :

Archéologie et Histoire, les découvertes modernes.

 

Au commencement était le ” Big-Bang “

De notre point de vue, une cause initiale, défiant l’intelligence, aussi vive soit-elle, dût sûrement participer, une raison indéterminée et immensément antérieure aux 13,7 milliards d’années, qui séparent du ” big bang ” supposé par la science. Une conséquence première provenant d’une racine indéfinissable en dehors de la matière. L’origine de celle-ci pourrait-elle être, ce démiurge du commencement, non limitatif ni aux croyances ni aux religions ?

D’après la science moderne et le temps de « Planck », l’univers connu serait né, après avoir atteint l’âge de 10-43 secondes. À ce stade, la galaxie était infiniment petite et pouvait se contenir dans la tête d’une épingle. Seulement, malgré la singularité de cette découverte révolutionnaire pour la science, le temps de « Planck » reste une mesure arbitraire. L’interrogation demeure : qu’y avait-il avant ?

La naissance de l’univers, nommé « big bang » a été également nommée « le visage de God » par l’astrophysicien « George Smoot ». Il parvint à l’aide du satellite Cobe à prendre de surprenants clichés de la naissance de celui-ci, tel qu’il apparaissait, 380 000 ans après le « big bang ». Cette expression a séduit un bon nombre de gens et a notamment inspiré des écrivains de tous azimuts.

Or, quelle est leur interprétation en cette époque matérialiste ? Que représente le démiurge en question ? Quelle idée se faire de Lui ? Les nihilistes ont la leur : « Il n’existe pas ! » Qu’en est-il des gens de sciences ? Ont-ils déterminé une connotation avec le divin et la spiritualité ? Sinon, aurait-il été envisagé un principe mathématique supérieur ordonnant les planètes connues et les milliards d’autres inconnues  ?

 

Avant le “big bang”

Cher(e)s visiteurs, peut-être serez-vous intéressés d’apprendre, que la plupart des atomes constituant le corps matériel proviennent des étoiles à l’exception de l’hydrogène et de l’hélium produits par le big bang. Vous le savez ? Peut-être, serez-vous intéressé d’apprendre davantage ? Le corps subtil immatériel, support de l’esprit, non limité à l’intellect, proviendrait de l’origine d’un autre univers exempt de matière. Vous ne le saviez pas ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls ! Un macrocosme autre que celui que nous connaissons existerait.

 

Un cosmos originel.

On pourrait le nommer « cause première ». A titre spéculatif, ce cosmos originel, serait plus exactement l’autre partie cachée du Créateur. On pourrait supposer que la partie cachée est neutre. Elle engloberait et surpasserait tous les dogmes et toutes les religions. La partie dissimulée du Démiurge distancerait toute l’évolution technologique que l’homme serait amené à réaliser, au fur et à mesure de sa progression, sur la Terre et dans l’Espace. Et, même si le genre humain, abusé par son génie et son pouvoir, s’est depuis longtemps séparé du divin, il atteindrait néanmoins, dans l’avenir, le summum d’une connaissance inimaginable. Mais, sans qu’aucune directive, aucun interdit, aucune sentence n’intervienne du Créateur ou du sens originel.

 

Athéisme, nihilisme

On n’est pas et on ne devient pas croyant, athée, nihiliste, mythiste, agnostique, sans raison, et sans qu’il n’y ait une raison. Mais une chose est certaine, que l’on affirme ou que l’on nie l’existence d’une Divinité ou d’un Créateur des univers, ne prédispose pas davantage l’individu à moins d’exceptions à concevoir ce qui le dépasse physiquement. En effet, si un individu n’a pas le bagage mental et psychique nécessaire et cette sensibilité instinctive, (dont on parle), il ne pourra pas pressentir, ce « quelque chose » le dépassant physiquement. Après, qu’on le nomme du Nom que l’on voudra, importe peu.

 

Démiurge – Science

Quel est le point de vue de la Science ? Dans la tradition du christianisme, le cas du Christ, par exemple, cadre-t-il avec les équations scientifiques ? À dire vrai, la science ne se pose pas la question. Là n’est pas son but. Elle se doit d’avancer toujours plus dans ses connaissances et de chercher à comprendre les mécanismes agrégés à toutes choses. La Science a également pour ambition de découvrir les causes, qui pour elle, ne sauraient dépendre d’un démiurge. Dévoilera-t-elle un jour tous les mystères ? θεϊκός seul le sait. Quel paradoxe !

 

Créationnisme – Evolutionnisme

Le créationnisme soutient l’idée d’un « Créateur ». Cependant, le créationnisme n’en demeure pas moins naïf, pour ne pas dire stupide, puisque non seulement, il estime à seulement moins 10 000 ans, la création, comprenant toutes les formes de vies, dont la création de l’homme. Mais de plus, il ne cherche nullement à interpréter le sens réel de la Genèse.

L’évolutionnisme, pour sa part, ne s’embarrasse pas avec l’idée d’un Démiurge pour expliquer la création et l’évolution des espèces. L’évolutionnisme se base sur les théories scientifiques tendant à prouver que la nature procréatrice à elle seule est gestatrice d’une diversité de formes de vies. Ainsi, en Europe, on enseigne à l’école, l’évolution des espèces, comme une théorie scientifique. Alors que depuis environ 150 ans aux USA, plus particulièrement, s’ensuit une polémique entre le créationnisme et l’évolutionnisme. En effet, environ 75 % des Américains pensent que Dieu a créé la Terre et l’Homme, il y a moins de 10 000 ans !

 

La partie cachée du Créateur

Précédemment, nous avons spéculé sur la partie cachée du Créateur. Eh bien, sans spéculation particulière, au regard de notre galaxie, par exemple, il demeure la partie inconnue, celle que l’on ne voit pas. Cette parcelle gigantesque et invisible du cosmos dissimulerait-elle une « cause première » ? Cependant, peut-être pourrait-on anticiper en partant du principe suivant : s’il y a un monde visible, y en a-t-il un, invisible ? De cette manière et par déduction, on en arriverait à dire, s’il y a un univers connu, il y en a un inconnu. Donc, est-ce qu’il y a une cause première ?

 

Scientisme :

Au XXIème siècle, tandis que dans son sillage, le ” scientisme ” attire de plus en plus de gens de tous horizons, les textes savants en témoignent, malgré tout, on tente de retrouver les traces de θεϊκός. Cette tendance apparue à la moitié du XIXème siècle s’expliquerait par l’affirmation suivante. ” La Science seule pourvoit aux connaissances et aux savoirs. Par opposition aux autres doctrines et lumières. Ainsi qu’à la religion, attestant que l’univers dans son entièreté, relève d’une Divinité supérieure. “

 

Andy Singer dessinateur américain - scientisme
Dessein : Andy Singer. savants adeptes Scientisme – Athéisme par opposition à la Religion.

 

Félix Le Dantec, (1869-1917), se place dans la lignée des savants. Il est un biologiste et philosophe des sciences, et en quelque sorte, l’inventeur du ” scientisme “, puisqu’il est le premier à l’avoir décrit dans des revues et ouvrages : ” Science et conscience : Philosophie du XXe siècle ” : ” Je crois à l’avenir de la Science : je crois que la Science et elle seule résoudra toutes les questions qui ont un sens ” (1908). Félix Le Dantec, n’admettait pas l’existence d’un démiurge, et il se définissait athée.

 

Interlude

L’ebook que l’on présente partiellement dans le blog est peut-être un peu en-deçà de la connaissance des savants en matière de science et d’exégétiques. Cependant, un élément (négligé) quasi indispensable aux recherches dans ces domaines, le démarque d’entre tous. Effectivement, comparativement à d’autres ouvrages écrits par des auteurs notoirement célèbres, mais ne faisant aucunement référence au ciel, (élément au-dessus de notre tête), le firmament permet d’entrevoir d’autres réalités ignorées.

Par exemple, la Genèse, (interprétation bible), a fait l’objet d’études assidues durant des siècles, jusqu’à l’époque actuelle. Or, au début de la Création, l’erreur du Second Jour, n’a jamais interpellé personne. Cela étant, le point minime, grâce au ciel, le manuscrit révèle bien plus encore.

 

 Description 3