Religion

Au commencement était Un livre de Pierre Puccio

Par Pierre Puccio, le avril 17, 2021, mis à jour le mai 15, 2021 — 6 minutes de lecture

Connaître Dieu

D’un point de vue, de la tradition qui remonterait à des millénaires avant la rédaction de la Bible, on pourrait dire, ce “Dieu d’origine”, titre du livre de Pierre Puccio, serait un dieu “père-et-mère” à la fois. Maintenant, côté humain, ce Dieu d’origine est un dieu infini et non identifiable.

“Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.” Prologue de l’Évangile selon St Jean (1, 1-18).

Premièrement : quelles sont les dominantes permettant de laisser supposer l’existence de Dieu ? La Création dans les quatre règnes ? Les univers visibles à venir et les univers à jamais invisibles ? La Science moderne ne se chargerait-elle pas d’apporter des réponses partielles ?

Deuxièmement : qu’est-ce qui met en évidence l’existence de Dieu ? La Foi ? Les Saintes Écritures ? Quatre Religions dites monothéistes, c’est-à-dire, ne croyant qu’en un seul dieu, attestent que la Bible est la parole de Dieu.

Conclusion :

Les Écritures ont également annoncé la venue du Messie. Était-ce Jésus ? Aux dires des uns, oui c’est le Messie, aux dires des autres, sûrement non. Le Judaïsme par exemple attend toujours son Messiah ? Quant à d’autres, beaucoup s’accordent à penser, que Jésus-Christ est un mythe , fabriqué de toutes pièces, par les Pères de l’Église Chrétienne ! (chapitre 19).

Le Dieu d’Israël

Selon la Bible hébraïque “Yahweh” est le Dieu d’Israël. C’est aussi le Dieu des chrétiens. Une petite précision. A ses débuts, l’Église Chrétienne s’est référée aux Écritures hébraïques sans faire preuve d’aucun discernement. C’est une erreur. Par la suite, les Pères ont ajouté au Nouveau Testament, les Cinq Livres de Moïse, appelé “Pentateuque”. Les Pères ont également inclus dans la Bible chrétienne, un ensemble de textes, sans oublier les “deutérocanoniques”. Or, ces derniers ne font pas partie de la Bible hébraïque. Aussi, faisons simple. Dès le début, l’Église à privilégier la “Septante”, (LXX). C’est la version grecque, de la Bible juive. Donc, d’une certaine manière, seulement, c’est aussi l’Ancien Testament chez les chrétiens. Pour des informations fortes et détaillées, se rapporter à : © Stefan Munteanu, SBEV / Éd du Cerf, Cahier Évangile n° 177 (septembre 2016), “La Loi dans l’évangile de Matthieu”, p. 59-70.

  • Yhwh le dieu unique de l’Ancien Testament serait-il ce Dieu d’origine ? Un doute subsiste. L’histoire le prouve, le Yhwh de la Bible est l’un des fils de « EL », qui était le dieu principal de tous les Cananéens. Mais ce n’est pas tout. Nous vous invitons à découvrir le blog du livre Dieu d’Origine. Pour le peu, ces quelques Révélations interpellent …

… Etre-Suprême insondable, innommable et incommensurable.

Quelle est son origine ? 

Book of Pierre Puccio
Livre DIEU D’ORIGINE Publication mai 2021

Book PublicationEvent Pierre Puccio.

  • Tout d’abord, posons quelques questions : Quelle est l’origine de Dieu ? La nature du dieu biblique n’était-elle pas androgyne au commencement ? C’est à dire, “père-et-mère” à la fois ? Pour le savoir, il suffit de prendre pour exemple Asherah. De toute évidence, la Bible ne dit pas tout. Qui est Asherah ? Avant le Judaïsme, une déesse du nom de “Asherah” était aux côtés de “Yhwh”. Mais au -VIème siècle, le roi Josias fit détruire toutes les Asherahs. Pourquoi ? Par ailleurs, le Père dans les cieux défini par Jésus est-il le Dieu unique de l’Ancien Testament ?

Jadis, en des temps lointains, l’homme primitif, le premier, inventa ses dieux, était-ce le début de Dieu ? Quelle est l’origine du dieu unique de la Bible ? Sans doute remonte-t-elle à la nuit des temps. Dès lors, l’homme dut éprouver un besoin de croire en quelque chose qui le dépassait physiquement et surtout qui lui survivait après la mort.

Un commencement de preuve par écrit :

Considérons par exemple, les Bibles Hébraïques et Catholiques. Si on les comparent, on se rend vite compte que la tradition du Judaïsme et très différente de celle du Christianisme. En fait : Le Christianisme relève plus d’une origine « égypto-chrétienne », à notre avis, plutôt que d’une culture « judéo-chrétienne ». A moins, bien sûr, qu’une influence judéo-maçonnique ait poussé un bon nombre de religieux, à déclarer de pareilles sornettes. A propos d’un courant judéo-maçonnique, il est clair, il a fait son chemin, favorisant même, l’élection de « Vatican II » en 1962.

Quoi qu’il en soit, ce livre consiste à retrouver ce Dieu d’origine.

Et, si l’on emprunte, comme ici, la voie christique, force-est de reconnaître :

L’Eglise Catholique a commis 2 erreurs fondamentales.

  • La première : Elle a retenu le singulier du nom « Elohim », pour désigner « Dieu », signifiant les (dieux), dans la Torah.
  • La seconde : Elle a assimilé le Dieu unique « Yhwh » au « Père » dans les cieux, défini par Jésus. Or, le Dieu unique de l’Ancien Testament, est l’un des 70 fils d’ « El ». Avant le XIIIe siècle, av., J.-C., il était considéré comme le dieu principal d’Ougarit. En fait, la divinité principale de tous les cananéens.

Le Scientisme :

Au XXIème siècle, tandis que dans son sillage, le « scientisme » attire de plus en plus de gens dans le monde, malgré tout, on tente de retrouver ce Dieu d’origine. Cette tendance apparue à la moitié du XIXème siècle s’expliquerait par l’affirmation suivante. « La Science seule pourvoit aux connaissances et aux savoirs. Par opposition aux autres doctrines et lumières. Ainsi qu’à la religion, attestant que l’univers dans son entièreté, relève de Dieu le Créateur. »

  • La Croyance en un seul Dieu relève du monothéisme. On recense dans le monde trois religions monothéistes : Le Judaïsme, le Christianisme, l’Islam. Il y a aussi, le Mazdéisme, la religion de Zarathoustra – Mazda-Dieu – exempte des Religions Abrahamiques. La croyance en un seul Dieu signifie la non-reconnaissance de l’existence d’une autre déité. On retrouve autrement ce genre de rigorisme à travers le scientisme.

Dans ce livre, la perspective est de retrouver ce Dieu d’origine. Pour s’orienter, on a choisi la voie christique. On pense qu’elle est plus propice à la pensée occidentale. On se concentre plus particulièrement sur le Judaïsme, du fait que la Religion Catholique, du début, s’est référée aux Ecritures Hébraïques. L’erreur.

Abram le commencement ?