Origin of God

Book Dieu Origine, fait la lumière sur l’origine, et les origines de Dieu et du mot dieu. Le livre, n’a pas la vocation, ni la prétention de défaire ou de refaire l’histoire biblique. Mais, à raison d’une maigre contribution, l’horizon s’élargit, grâce à des sources personnelles, et aux travaux d’exégètes bibliques et d’éminents spécialistes. Ainsi, le lecteur enrichira ses connaissances. En ce qui concerne les origines du Dieu unique, on fait appel aux connaissances de Thomas Römer et Jacqueline Chabbi : ” Dieu de la Bible, Dieu du Coran ” Le duo apportent à leur manière des éléments nouveaux.

 

Origine de Dieu ?

Dans l’immédiat, pour obtenir un début de réponse, rapportant les trois premiers résultats par rapport à la question : quelle est l’origine de Dieu ? Consultons-les, par exemple, sur la première page du moteur de recherche Google :

 

Si Dieu a créé l’univers, qui a créé Dieu ? 2  Comment est né Dieu ? * 3 Quelle est l’origine de Dieu?

 

Le visiteur appréciera tout particulièrement le lien 2, documenté par ” Le Point “. Le site propose un grand nombre de thèmes répondant à la question que l’on a renseignée précédemment.

A titre informatif, « Le Point », a publié en son nom, « Comment est né Dieu ? ». On découvre également une brochette d’auteurs célèbres, tels Freud : « Dieu, une névrose obsessionnelle ? », Par, Jean-Pierre Winter, « L’invention du Dieu unique a pris plusieurs siècles », Par Thomas Römer, (propos recueillis par Catherine Golliau), etc. On découvre aussi, des gens non notoirement connus, pour laquelle, non moindre, la portée pourrait influencer sur les mentalités humaines sans repères. A cet effet, on peut mentionner : « Jésus, fils de Dieu », Par Katell Berthelot et Catherine Golliau, etc. Par ailleurs, le lien 3, propose une bonne source d’informations.

 

Le ciel un élément indispensable

Pour tenter de remonter à l’origine de Dieu, si cela était possible, il est indispensable de s’intéresser au firmament. Le livre, DIEU D’ORIGINE, justement fait référence au ciel. De fait, il est possible d’expliquer les diverses transformations cultuelles qui se sont opérées au fil des millénaires, au sein d’un clan, secte, empire ou dynastie. Ces dernières, auront toutes recherché dans le firmament les repères permettant d’expliquer leur cosmogonie. A mon avis, on ne saurait rien expliquer sur les traditions, si l’on ne fait pas référence au ciel. Mais attention ! faudrait-il encore que ces dernières se soient inspirées du célio.

C’est pourquoi, il n’y a aucune trace, ni aucun vestige de la connaissance des Hébreux. Ils n’ont laissé que ce qui fut par la suite transcrit en des livres ou messages dont on ne peut établir une datation qu’en fonction des probabilités historiques contenues dans le « Livre Des Rois ».

 

A qui s’adresse le livre DIEU D’ORIGINE  ?

A toutes et à tous, ainsi qu’à ceux qui tentent d’expliquer en vain, le concept du Dieu unique, et biblique. De même, le livre s’adresse au croyant comme au non croyant, à l’individu en quête de retrouver sa véritable origine, à tous ceux qui cherchent des réponses aux questions bibliques, et existentielles, enfin, aux gens de sciences, (Partie II), et ce, malgré des lacunes dans certaines matières. Le livre Dieu D’origine, auteur : Pierre Puccio, apporte également un moyen de dépasser le cadre restreint des Saintes Ecritures et d’approfondir, grâce au ciel, l’idée de Dieu.

Certes, les sujets traitant de l’unicité de Dieu sont documentés, de part et d’autre, dans l’Histoire, ainsi que par les représentants de la Religion. Mais, les savantes thèses qui en découlent, pour beaucoup, comme les encycliques de Jean Paul II, par exemple, (non documentées dans le livre), témoignent avant tout, de l’érudition due à un haut niveau d’études, et d’un état d’esprit personnel, auquel, s’ajoute à la naissance, une notion spirituelle ou (notion du spirituel), voire son contraire. On ne peut pas en juger. Depuis Vatican II, on retiendra au passage, une inspiration patristique renouvelée, influant sur les savantes thèses moralisatrices chrétiennes, nourricières de l’esprit, et les ouvrages ayant trait à la religion et à la spiritualité…

 

Religion et Spiritualité

En synthèse: les savants ouvrages traitant de la religion et de la spiritualité, favoriseraient-ils la compréhension de la vie au-delà de la mort ? Qu’importe, penseraient peut-être les traditionnalistes. Les ouvrages religieux, réalisés, de mains de maîtres, par les gardiens de « La Parole de Dieu », aident moralement et spirituellement des millions de gens dans le monde. Cela suffit. Justement, grâce aux savoirs des écrivains, hors pair, excellant en matière de théosophie religieuse, si l’on souhaitait parfaire la connaissance, on ne saurait d’emblée, considérer leur écrit, comme des vérités absolues. D’une part, quand même l’auteur serait notoirement connu, et d’autre part, quand même, au premier abord, les écrits susciteraient un quelconque intérêt pour soi.

 

Lettre Encyclique « Dominum Et Vivificantem »

Succinctement, prenons, La Lettre Encyclique « Dominum Et Vivificantem » du Souverain Pontife Jean-Paul II, sur l’Esprit Saint dans la vie de l’Eglise et du monde. – Ce qui suit, est rapporté uniquement dans le cadre de l’introduction du livre. –

Au début de la première partie de la Lettre Encyclique, Jean-Paul II, explique le terme « Paraclet ». Que signifie le terme ? Si l’on se rapporte à Saint-Jean, le Paraclet est envoyé par le Père ou émané de Lui, c’est-à-dire, de Dieu, Jean 14 : 16 : « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur… »

Au début de la première partie de la Lettre Encyclique, Jean-Paul II, interprète les paroles de Jésus, en Jean 14 : 13 : « Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils… Je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu’il soit avec vous à jamais, l’Esprit de vérité ».

 

Paraclet ?

Comme mentionné ci-dessus, la Lettre Encyclique de Jean-Paul II, n’a fait l’objet d’aucune étude dans ce livre. Aussi, pour faire court, on notera simplement ceci : la chrétienté a assimilé le « Paraclet » à l’Esprit Saint. Or, ce n’est pas tout à fait exact. Certes, la théosophie christique, allant de pair avec la théologie et la philosophie, inspire, bel et bien, une catégorie de gens et d’écrivains d’exceptions.

Mais, quand même, Jean-Paul II, est infiniment plus érudit et spirituel, que l’on ne le sera jamais, sa définition du Paraclet, relève avant tout d’une interprétation personnelle.

C’est pourquoi, bien des choses seraient à revoir, dans de nombreux domaines, car ce qui a pu être pensé et écrit, en un temps, (comme dans ce livre), ne relève en définitive, que d’une manière toute personnelle d’interpréter un évènement, un fait, un personnage, un terme, et ce, qu’il soit une vérité ou un mensonge.

 

La Bible

Côté Bible, le lecteur ne sera pas en reste. Les découvertes anciennes et modernes attisent notre curiosité et poussent à nous interroger sur l’historicité des Saintes Ecritures … Un bon nombre de récits, de même, des personnages célèbres, comme Abraham et Moïse, sont remis en cause, par l’archéologie et l’Histoire. En définitive, ce livre, enrichi par les connaissances d’écrivains, spécialistes en matière d’exégète biblique, ne devrait pas laisser indifférent le lecteur. Il en jugera. Pour en revenir au concept du dieu unique, quitte à surcharger un peu plus le blog, apprenons que l’idée (monothéiste) de base, avait germé, bien antérieurement, aux VII-VI èmes siècles av. J.-C. C’est le temps où la Bible hébraïque a été rédigée. Cette dernière est en partie, l’Ancien Testament chez les chrétiens. Au premier abord, les Saintes Ecritures interpellent. Elles sont singulières. Les récits sont captivants, déroutants, inédits presque, et pour une part, invraisemblables.

Or, les Saintes Ecritures, faciliteraient-elles, la compréhension du concept monothéiste ? En fait, les Ecritures n’expliquent pas grand-chose, si ce n’est, que faire croire, qu’en dehors de la Parole de Dieu, les savoirs sont vains. La foi est une chose, l’ignorance en est une autre.

 

Genèse

Prenons la Genèse, il est dit : Dieu est le créateur du ciel et de la terre. Cela, suffirait pour convaincre ? Maintenant, si l’on se penche vers la chrétienté, on apprend, qu’il n’eût jamais été permis, l’Eglise Catholique l’interdisait catégoriquement sous peine d’une sentence divine, d’interpréter les Ecritures.

C’est pourquoi, la Bible prise au sens littéral, n’a cessé au fil des siècles d’alimenter le concept monothéiste Judaïque, le dieu unique et son histoire. Parallèlement, il en a été de même, concernant l’histoire du peuple Hébreu, dit, élu de « Yhwh », c’est-à-dire, de « Dieu », selon les pères de l’Eglise. Cette histoire a été interprétée au pied de la lettre, sans qu’aucune réflexion n’intervienne jamais. Or, c’est à savoir, l’histoire du peuple Hébreu, appartient au Judaïsme et relève à l’origine d’une religion exotérique d’origine Hébraïque.

 

Synthèse :

De fait, ce n’est pas parce que le Judaïsme demeure stationnaire, enraciné dans une pensée intrinsèque à sa culture – tout respect gardé – qu’il n’est point donné au chercheur, la liberté de s’instruire, hors des sentiers bibliques. En effet, lorsque le chercheur s’aventure au-delà des Ecritures, aussitôt un nouvel horizon apparaît. Au loin, la connaissance et le savoir brillant de mille feux, attirent son attention … Jadis, l’homme primitif, le premier, eut l’idée de créer ses dieux. N’était-ce pas un peu le début de Dieu ? DIEU D’ORIGINE apporte une vision réaliste des Ecritures. Il permet de faire la part des choses, et de différencier un mythe d’une réalité, une croyance d’un savoir…

 

The Divinity God